Seylech (Charles) Leuthard, Künstler des Lichts.

17.08.2016

34e commentaire, Brienzwiler

Tout en travaillant dans l’atelier, quelques petites réflexions surgissent…

Je ne peux pas dire que mon implication dans l’art me donne des ailes, mais elle me rend heureux.

Je travaille parfois sans avoir un grand concept ou un vrai but. Et il arrive souvent qu’au moment où une œuvre se dévoile, un «waou» surgit de mes lèvres.

Quand les mains veulent travailler, laisse-les faire leur besogne, même si elles sont rapides et agiles.

Le grand art est toujours lié au grand, à l’invisible esprit. Pourquoi je le sais? Je le sens.

J’ai vécu des miracles durant toutes ces années, même si je ne m’en suis aperçu que plus tard.

Le plus grand obstacle dans ma vie, a toujours été moi-même. La voie a toujours été ouverte et se trouvait devant moi. Souvent, je n’ai pas été capable de la voir.